ENGLISH    |    ESPAÑOL    |    Facebook    Instagram    Linkedin
Slogan
Slogan
Maison de la solidarité internationale

À l’actualité

Déclaration pour la Journée internationale des femmes

En ce 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le CRÉDIL tient à souligner le courage des femmes qui ont pris la parole pour dénoncer leurs agresseurs et la culture du viol tout au long de la dernière année. Le mouvement #MoiAussi amorce d’ailleurs une nouvelle ère pour l’avancée des femmes à travers le monde. Par sa double mission en immigration et en solidarité internationale, le CRÉDIL adopte une approche d’égalité entre les femmes et les hommes dans ses activités et projets et reconnaît l’intersectionnalité des luttes. C’est pourquoi le 8 mars nous démontrons notre solidarité avec nos consœurs marginalisées ou victimes de violences systémiques, ici comme ailleurs.

 

Soyons solidaires! Avec nos consoeurs autochtones et leurs luttes à travers le monde, notamment ici, au Québec et au Canada, où elles sont souvent judiciarisées injustement, y compris lorsqu’elles sont les victimes. Les femmes autochtones représentent 36% de la population carcérale féminine alors qu’elles représentent 3,8% des femmes canadiennes. Soyons solidaires aussi avec les familles de plus de 1200 femmes autochtones portées disparues ou assassinées, dont une grande partie reste dans l’impunité, comme le cas de Tina Fontaine, solidifiant la méfiance des femmes des premières nations envers le système de justice. Indignons-nous des impacts encore aujourd’hui du colonialisme sur les peuples autochtones et principalement sur les femmes.

 

Soyons solidaires! Avec toutes les femmes affectées par le capitalisme et le patriarcat qui vivent et travaillent dans des conditions précaires et dont le travail domestique et de soins n’est pas reconnu. Soyons solidaires avec les familles des victimes de féminicides à travers le monde et les organisations de la société civile qui luttent pour la fin des violences contre les femmes et de l’impunité. Entre 2007 et 2016 au Mexique, par exemple, 22 482 femmes ont été assassinées pour des motifs de genre.

 

Soyons solidaires! Avec les femmes victimes des conflits armés à travers le monde. En 2017, on comptait 22,5 millions de personnes réfugiées ayant fui leur pays principalement en raison de conflits armés. Ceux-ci sont majoritairement des femmes et des enfants. De plus, on estime qu’au moins une femme sur cinq réfugiée ou déplacée interne est victime d’une agression sexuelle. Indignons-nous également de l’utilisation de sévices sexuels envers les femmes et les enfants comme arme de guerre. Par exemple, depuis 1996, ce sont 500 000 cas de viols qui ont été répertoriés en République démocratique du Congo. Denis Mukwege, gynécologue spécialisé dans la reconstruction de l’appareil génital des femmes décrit le viol de guerre en République démocratique du Congo : « On s’attaque aux femmes, car elles assurent la progéniture, sont le socle de l’économie et de la société congolaise. C’est pour cette raison que ces viols ne sont pas des faits de société, mais une arme de destruction massive qui détruit des communautés entières ».

 

Soyons solidaires! Avec les femmes et les filles victimes des conséquences du tourisme de masse non réglementé. En 2013, les études estimaient que 32 milliards de dollars étaient produits par l’exploitation des travailleuses et des travailleurs. De ce nombre, 76% découle de l’exploitation sexuelle, touchant majoritairement des femmes et des enfants. Une forte demande au niveau du tourisme sexuel, contribue donc à l’implantation de réseaux de trafic humain, notamment en Asie. « Par exemple, d’après l’UNICEF, au moins 10 000 femmes impliquées annuellement dans le trafic sexuel et provenant des pays voisins de la Thaïlande arrivent dans ce pays où elles finissent prostituées dans des établissement spécialisés, le tout afin d’alimenter le tourisme sexuel. »

 

Soyons solidaires! Avec les femmes et les filles victimes de violences physiques, sexuelles et psychologiques. Soyons solidaires avec les jeunes filles mariées de force et les jeunes mères. À travers le monde, 47 700 filles de moins de 18 ans sont mariées à chaque jour. Indignons-nous aussi devant la criminalisation de l’avortement même dans les cas de viol et de danger pour la mère. Le Salvador, par exemple, possède une des lois les plus strictes au monde sur l’avortement et emprisonne les femmes ayant fait des fausses couches ou subi des complications liées à une grossesse.  

 

Soyons solidaire! Avec les femmes et les filles qui n’ont pas accès à l’éducation. Encore aujourd’hui, ce sont 16 millions de filles entre 6 et 11 ans qui ne commenceront jamais l’école, deux fois plus que le nombre de garçons. Le Fonds des Nations Unies pour les populations rapporte que si toutes les filles diplômaient du secondaire en Afrique Sub-saharienne et Asie du Sud et de l’Ouest, les impacts seraient : la réduction de 64% des mariages des filles de moins de 15 ans, la diminution de 59% des grossesse précoces et la diminution de 42% des naissances par femmes.

 

Comment agir?

 

Dénoncez! En cette journée internationale des femmes, copiez un de ces paragraphes avec les mot-clics #8mars #CRÉDILJoliette.

 

Mobilisez-vous! Venez le 22 mars au panel du CRÉDIL « Du Nord au Sud : NON aux violences envers les femmes! »

 

Soutenez! En soutenant des organismes locaux qui viennent en aide aux femmes, et en particulier aux femmes marginalisées, vous participez à la lutte pour les droits de TOUTES les femmes. Cette action commence ici même, dans Lanaudière, en soutenant des organismes communautaires travaillant auprès des femmes, en défense de droits et en intervention, entre autres.




Le CRÉDIL est un organisme voué à la solidarité internationale qui accomplit sa mission par le biais de trois axes : l’éducation du public à la citoyenneté mondiale, la réalisation de projets et de stages internationaux et l’accompagnement des nouveaux arrivants. Dans ses activités et projets quotidiens, tant au Québec qu’en Amérique latine et en Afrique, le CRÉDIL adopte une approche d’égalité femme-homme et une perspective genrée de manière transversale.